mentions légales
DACRES éditions 33 rue Galilée 75116 PARIS

ISBN : 979-10-92247-97-8
Livre broché 200 pages
Format : 14,8 x 21 cm
Prix : 16 €
(15,17 € HT - TVA 5,5 %)

Télécharger la fiche en PDF
acheter en ligne

REFLETS
DE DACRES

hors série

LA SPIRALE
DE L’ENDETTEMENT
DANS LE MONDE


Du constat de 1989 préfacé par Raymond Barre
aux dérives du XXIe siècle



Yves Gazzo



résumé

À des degrés divers et variables dans le temps et dans l’espace, l’endettement fait partie de la vie de tous les acteurs économiques, qu’ils soient des États, des entreprises ou des ménages.
En 1989, la première édition de cet ouvrage, préfacé par Raymond Barre, s’est attachée à définir l’endettement, sa nature, sa composition, et surtout à dégager des agrégats significatifs afin que des comparaisons, des analyses de niveaux d’endettement aient un sens. Après les crises aiguës de surendettement de certains pays à la fin du XIXe siècle (Grèce, Turquie, Pérou, etc.) c’est au cours des années 80 du siècle dernier que l’endettement de plusieurs pays émergents (Mexique en 1982) mais aussi de nombreux pays en développement ont provoqué des sueurs froides au système bancaire international d’où des plans « d’ajustement » (plans Baker, puis Brady) ; le tout sur fond d’un endettement nord-américain déjà fort important, financé en bonne partie par le reste du monde, dépendant et se reposant à la fois, sur la monnaie américaine.
Qu’en est-il trente ans plus tard ? Les tendances lourdes ont continué, malgré des crises sévères (2007/2008) avec les États-Unis et le japon comme grands débiteurs mondiaux, rejoints par la Chine ; les pays de l’ex-Union soviétique ont confirmé également les prévisions d’alors tandis que l’arrivée de l’Euro n’a pas réussi à s’imposer comme devise internationale de substitution au dollar américain. Les ménages se sont aussi endettés avec frénésie, invités en cela par un système bancaire qui a joué avec le feu, tandis que les entreprises ont également utilisé les emprunts pour augmenter la valorisation boursière de leurs actifs, artificiellement gonflés. D’où l’endettement généralisé qui représente deux fois et demie le produit intérieur mondial. Est-ce soutenable ? sûrement pas si un grain de sable venait à enrayer cette «voiture folle» ; cela peut venir d’une brusque remontée des taux qui toucherait les ménages par exemple ou des entreprises, voire de certains États ; certains avanceront que le monde s’est toujours dépêtré de toutes les crises jusqu’à présent, mais à quel prix ?

l'auteur

Yves Gazzo a une expérience professionnelle «duale» ; il a été économiste à la Banque mondiale et au Centre d’investissement banque mondiale / FAO. Il a publié à ce titre plusieurs ouvrages que ce soit sur la Libye, l’Afrique du nord, la politique agricole américaine, etc. Il a au fil des années évolué vers une carrière plus politique et diplomatique : il a occupé cinq postes d’ambassadeur dans le cadre de l’Union européenne ; depuis 2013 il est ambassadeur de l’Ordre de malte auprès de l’UE ; il est également président (H) de l’Académie des sciences d’outre-mer, avocat et membre du jury du prix méditerranée du livre.